BlogoFlip - Philippe Maladjian

Péripéties bucoliques d'un administrateur systèmes au royaume de la virtualisation, du stockage et accessoirement photographe à ses heures perdues

BlogoFlip - Philippe Maladjian

Péripéties bucoliques d'un administrateur systèmes au royaume de la virtualisation, du stockage et accessoirement photographe à ses heures perdues

08
juillet 2013

LevelOne Evo

Rédigé par  3 commentaires   Mis à jour le  08/07/2013

Il y a quelque temps j'ai été obligé d'arrêter la pratique du vélo à cause d'une blessure et pour une durée indéterminé, donc je me suis lancé dans la mécanique sur vélo. Ça fait un moment que je tourne autour de l'univers fixie et singlespeed. Quelques recherches et lectures de doc et me voila à la recherche de la monture qui va subir mon travail.

J'ai trouvé sur leboncoin.fr ce Peugeot sans pouvoir identifier le modèle et son ancien propriétaire ne le connaissait pas non plus. Je pense que c'est un modèle qui date des années 80. Il était dans état tout à fait correct, en fait il était même en état de rouler.

La première étape a été de tout démonter pour faire le ménage, nettoyer tout les roulements et tout re-graisser. Pas de surprise particulière si ce n'est la roue libre, sur ce modèle le montage est un hélicoïdale Maillard Hélimatic, donc pas moyen de monter une roue libre simple sans changer le moyeu. J'ai laissé ce problème de côté quelques jours pour m'occuper du reste, surtout la partie poste de pilotage.

Au début je voulais garder le guidon et monter des leviers type guidonnette DiaComp DC139 mais pas moyen d'en trouver sur Lyon pour voir vraiment comment ils sont, je me suis racler le fond de la soupière. Il m'est venu l'idée de monter le guidon à l'envers et mettre des leviers qui se montent habituellement sur des vélos de triathlon. Se sont des TekTro RX4.1, j'ai gardé le guidon d'origine en état car l'idée est de pouvoir remonter le vélo à son état d'origine par moi ou un futur propriétaire. Je me suis dégoté un guidon tout simple que j'ai coupé petit à petit jusqu'à obtenir le rendu voulu. Cette opération a nécessité le changement de la potence car celle d'origine était trop grande au niveau de la fixation pour maintenir le nouveau guidon. Pour finir une jolie guidoline, pour cette partie j'avoue ne pas avoir trop cherché mais je voulais absolument la monter sans que le scotch soit visible. Au passage les gaines et câbles ont été changé par des noirs et neuves.

J'ai longuement hésité au niveau des pneus entre en reprendre à flans marrons ou passer le cap du tout noir. Au final je regrette pas le passage au noir, j'ai monté des Schwable très fin et bien roulant. La modification la plus simple a été la selle, j'ai récupéré celle de mon fitness que j'utilise quand je veux faire du sport, c'est un modèle Vario qui se trouve que sur les vélos de la défunte marque Vario Bikes.

Retour sur la roue libre, je suis tombé sur une paire de jante toujours sur leboncoin.fr. Le cercle est un Rigida avec un moyeu noname. Sur l'arrière j'ai monté un pignon unique en 18 dents, un coup de recentrage du parapluie pour centrer la roue par rapport à la position du moyeu dans le cadre.

J'ai voulu rendre le vélo un peu plus unique. L'idée était de pouvoir l'utiliser tout les jours et pouvoir l'attacher dans la rue sans me balader avec 50 chaines. La selle c'est ok pas de serrage rapide mais pour les roues forcement c'est autre chose. Je me suis lancé dans le remplacement des serrages rapides par des visses, le plus simple aurait été de monter des axes plus long et mettre des écrou mais trop commun à mon goût donc j'ai créer un filetage dans les axes et trouver les visses qui vont bien. Après 15 jours de recherches j'en était presque résigné à faire fabriquer mes visses et puis sur un coups de chance je tombe sur la marque Pro-Bolt qui fabrique de la jolie visserie de qualité en Alu, Inox, Acier. Il me restait plus qu'à trouver un modèle avec une tête au moins aussi large que le serrage rapide, 15€ et 15 jours d'attentes plus tard enfin livré. Le montage a été long surtout pour l'ajustement des axes pour pas qu'ils déborde du cadre. A l'avant ça a été simple mais à l'arrière malgré de nombreux essais pas moyen d'obtenir un couple de serrage assez puissant pour résister à l'appuie sur la pédale donc retour au serrage rapide à l'arrière.

LevelOne Evo, pourquoi ? Au début je voulais faire une transformation extrême mais j'ai préféré faire une étape et puis j'ai eu des remords à saboter un vélo en si bon état. Ensuite Evo parce que la transformation c'est faite en deux fois, d'abord le trie et le choix des pièces à garder. J'ai roulé un certain temps comme ça le temps de trouver les pièces qui me plaisent.

Plus de photos sont visible sur ma galerie :http://blogoflip.fr/galeries/albums/levelone/

La suite ? LevelTwo forcement, et cette fois ça sera extrême. J'ai déjà l'image en tête du résultat que je veux obtenir mais ça sera plus longs.

Je remercie toute l'équipe de l'atelier Le Recycleur de Lyon (http://le-recycleur.fr/) pour leurs aides, les outils et tout les petits trucs que j'ai appris.

Classé dans : Personnel Mots clés : aucun

Administrateur système de métier mais surtout curieux de découvrir de nouvelles technos très orientées DIY. A mes heures perdues je fais de la photo avec toujours une petite envie d'intégrer des DIY sous forme de timelaps à base de raspberry.

3 commentaires

Obé a dit

Un ptit mimi en passant. Je vois que tu speak angliche very well !
A bientot, en esperant que tu modere les commentaires ^^
++

Répondre

flipflip a dit

@Obé : yep je modère mais je publie aussi les commentaires :D

Répondre

aevon a dit

C'est toujours agréable de retaper un ancien vélo !! Pour ma part je suis en train de rénover une vieille remorque pour vélo des années 1980, je suis à mon 4ème jour dessus et c'est très plaisant :)
Merci pour ce site et à bientôt.
Laetitia

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot jlmryl ? :

LevelOne Evo - BlogoFlip - Philippe Maladjian - Péripéties bucoliques d'un administrateur systèmes au royaume de la virtualisation, du stockage et accessoirement photographe à ses heures perdues